Sénèque - l'Art d'apaiser la colère

 

«VI. Le signe le plus certain de la vraie grandeur, c'est que nul événement ne puisse nous émouvoir. La région du monde la plus pure et la plus élevée, celle qui avoisine les astres, ne rassemble pas de nuages, n'éclate pas en tempêtes, ne tourbillonne pas en un cyclone. Elle est dans un calme parfait, et c'est au-dessous que gronde la foudre. Ainsi, une âme sublime, toujours paisible, placée loin des orages, étouffe en elle tous les germes de la colère : l'ordre, la modération, la majesté l'accompagnent.

 Où trouver rien de semblable chez l’homme irrité ? Où est le furieux qui, livré au ressentiment, ne dépouille d'abord toute retenue, qui, dans sa fougue délirante, élancé contre son ennemi, n’abjure pas toute pudeur, qui se rappelle encore et le nombre et l'ordre de ses devoirs, qui sache commander à sa langue, maîtriser aucune partie de lui-même et, une fois emporté, diriger son élan ? Nous aurons tout à gagner du précepte salutaire de Démocrite : « Pour vivre tranquille, il ne faut pas s'agiter en mille affaires publiques et privées, ni tenter de dépasser les limites de notre nature. »

L'homme qui partage sa journée entre tant d'entreprises ne la passera jamais si heureusement qu'il ne se heurte ou contre les hommes ou contre les choses, et ne se voit poussé à la colère. Celui qui traverse en courant les quartiers populeux d'une ville doit nécessairement coudoyer bien des gens, tomber ici, être arrêté plus loin, éclaboussé ailleurs. Ainsi, dans cette vie mouvementée et coupée par tant de travaux, se rencontrent une infinité d'obstacles et de sujets de mécontentement.

L'un trompe nos espérances, l'autre en retarde l'accomplissement. Celui-là s'en approprie les fruits, et nous voyons échouer nos plans les mieux concertés. Car jamais la fortune ne se dévoue à personne au point de couronner les vœux de celui qui poursuit mille objets à la fois. Aussi qu'arrive-t-il ? Celui dont elle a contrarié quelques projets ne peut plus souffrir ni les hommes ni les choses. Sur les moindres motifs, il s'en prend indifféremment aux personnes, aux affaires, aux lieux, au destin, à lui-même. Pour assurer à l‘âme sa tranquillité, il faut donc n’en pas dissiper les forces dans le pénible embarras de soins nombreux ou d'entreprises au-dessus de notre faiblesse(…).»

 

Source : L'Art d'apaiser la colère traduction du latin - M. Charpentier et F. Lemaistre – Editions Mille et une nuits – sept 2008 – pages 18 à 20

 

Coordonnées :

Caroline Robaglia

Psychologue Clinicienne

Esc C Bât B

1 rue du 24 août

92350 Le Plessis Robinson

 

Pour prendre rendez-vous, vous pouvez nous contacter

au : 09 67 61 45 48